RESUME DE LA JOURNEE DE CONFERENCES

 

Proche de la douleur dentaire, la douleur musculo-squelettique masticatoire a la prévalence la plus élevée au niveau de la sphère orofaciale. Parmi les douleurs les plus "atypiques", les troubles temporo-mandibulaires (TDM) représentent un défi important, car la diversité des facteurs étiologiques est telle qu'aucune cause n'est clairement définie. Des études prospectives à grande échelle ont commencé à élucider les facteurs de risque à la fois pour la DTM chronique et la DTM à apparition récente, et il est évident que des facteurs systémiques tels que le comportement psychosocial et les perturbations qu'engendre la douleur sont aussi importants dans l'étiologie que les facteurs locaux. Ces études confirment le passage d'un modèle mécanique (anatomie / occlusion) à un modèle biopsychosocial concernant l'étiologie de la DTM.

 

Récemment des critères de diagnostic clinique ont été formulés et validés pour les principaux sous-groupes composant la DTM, permettant de discriminer les douleurs musculaires masticatoires, les arthralgies et plusieurs types de troubles intra-auriculaires. Les anciens critères diagnostics émanant de la recherche (1992), ont été largement validés et ont été traduits en critères de diagnostic clinique (2014), constituant ainsi une base solide pour le diagnostic de la majorité des tableaux cliniques, avec une spécificité et une pertinence élevée. Pour les pathologies intra-auriculaires, une imagerie appropriée est recommandée pour obtenir une fiabilité reproductible.

 

Le traitement de base de la DTM comprend la thérapie comportementale et la physiothérapie visant à donner au patient l'acquisition des compétences nécessaires pour gérer lui-même la pathologie en toute confiance avec une puissante forme d'adaptation. Le clinicien joue un rôle essentiel dans la compréhension par le patient du lien entre l'observance du traitement et l'amélioration des symptômes. La physiothérapie comprend des procédures autogérées par le patient ainsi que celle fournies par un professionnel. La physiothérapie autogérée, souvent appelée. "programme d'exercices à domicile", comprend plusieurs procédures telles que la thermothérapie, l'auto-massage et des exercices axés sur les étirements, la stabilisation, la coordination et la mobilisation. Ce sont des traitements de première intention, car ils sont simples, réversibles, non invasifs et moins coûteux que d'autres traitements. Ils s'intègrent facilement dans les schémas d'autogestion à long terme. Leur utilisation facilite l'intégration par le patient des symptômes et des comportements, améliorant ainsi la compréhension et l'adoption d'un modèle explicatif autorégulateur. Les exercices sont la pierre angulaire de la réhabilitation des troubles musculo-squelettiques régionaux, et ils doivent être surveillés en ce qui concerne l'observance thérapeutique et l'évolution des symptômes.

 

Les gouttières occlusales sont les thérapeutiques les plus répandues face à la DTM. Nombreux sont les chercheurs ayant décrit divers types de gouttières occlusales avec conceptions, indications et fonctions différentes. Néanmoins, la conception la plus courante est la gouttière de stabilisation maxillaire plane et englobant tout l'arcade. Dans de nombreuses études, plusieurs ont rapporté que les gouttières occlusales donnaient un résultat clinique probant. Ce traitement permet de retrouver une occlusion centrée, d'éliminer les interférences postérieures, de guider les dents antérieures, de réduire l'activité neuromusculaire et d'établir des relations occlusales stables avec des contacts dentaires uniformes au niveau de l'arcade dentaire. Toutefois, le mécanisme d'action des gouttières occlusales est encore inconnu. Un axe de travail possible des gouttières occlusales pourrait être basé sur des effets non conventionnels liés à la relation patient-médecin, à l'éducation du patient et à ses attentes. Traiter les facteurs à la fois dentaires et psychologiques au moyen d'une gestion du stress donnent de meilleurs résultats à long terme que l'utilisation d'une gouttière. En outre, différents types de gouttières occlusales associés à l'éducation permettent de réduire la douleur myofaciale. Par conséquent, l'éducation des patients en matière de soins personnels, ainsi qu'une communication approfondie entre le patient et l'orthodontiste, associées à un dispositif intra-arcade sont efficaces pour une gestion efficace des dysfonctions de l'appareil manducateur.

 

Inscription  Espace membre SFODF

Planning de la journée  Comment venir

Copyright © key4events - All rights reserved